Rapport-mensuel-decembre2020

Cours de l’or et prix de l’or : bilan de 2020, regards sur 2021

Dans cette lettre mensuelle, vous trouverez un point sur la performance de l’or ainsi que plusieurs actualités et analyses sur des sujets qui influencent le cours du métal jaune. Bonne lecture et bonne année 2021 !!!

Ce qu’il faut retenir du mois de décembre et de 2020

  • Or en euros : rebond en décembre, +13.4% en 2020
  • 20% de mieux que les actions
  • De nouveaux équilibres de marché
  • 2021 : le consensus positif pour l’or
  • Les thèmes qui marqueront (probablement) 2021

+13,4% en 2020

Après une forte baisse du cours en novembre, le métal jaune s’est ressaisi en décembre. Il clôture le mois et l’année à 1891,10 dollars en forte progression de 7.9% sur le mois. Exprimé en euros, le cours de l’once d’or atteint 1539,92 €, soit une hausse de 4,8% sur le dernier mois de l’année pour l’investisseur européen. Sur l’année 2020, la performance de l’or se monte à 24.17% en dollars, soit la meilleure année de la décennie. En euros, la performance 2020 atteint 13.4%. Il s’agit de la deuxième meilleure année de la décennie après 2019. L’année a très bien débuté pour le métal jaune, avec de bonnes performances et un pic au 24 février, avant la crise sanitaire, de +13% en euros. La correction liée au coronavirus a touché tous les actifs, et l’or est revenu à un point d’équilibre mi-mars, avant d’entamer une ascension qui l’a emmené vers des plus hauts historiques le 6 août. La performance atteignait à cette date +28% en euros, et +36% en dollars. La remontée des taux d’intérêts après l’été a contribué à la consolidation des cours. La vague d’optimisme créée par l’arrivée des vaccins a pesé significativement sur les cours au mois de Novembre, avant un rebond au mois de décembre. L’année a également été marqué par une dépréciation significative du dollar par rapport à l’euro, principalement au cours du deuxième semestre pour atteindre sur l’année près de 10%. Une variation qui explique que la performance de l’or pour l’investisseur européen soit moindre. Pour aller plus loin : Comment est fixé le cours de l’or ?

20% de mieux que les actions

Au mois de décembre, l’or a creusé l’écart avec le Cac 40 qui est resté globalement stable (+0,6%). Pour 2020, alors que l’or en euros s’appréciait de 13.4%, l’indice parisien, hors dividendes, s’enfonçait de 7.14% : l’or a battu les actions de plus de 20%. En 2020, l’or a fourni une diversification effective, comme l’illustre le graphique ci-dessus. D’abord grâce à une performance à deux chiffres, là où la plupart des actifs risqués n’atteignent pas l’équilibre. Par une volatilité moindre ensuite : les variations de l’or ont une ampleur plus modérée, comme lors de la correction généralisée de mars. Par une décorrélation enfin, qui a permis à l’or de s’apprécier quand les actions baissaient, et inversement, notamment sur la deuxième moitié de l’année. L’or se compare également favorablement aux autres actifs préférés es français. Le livret A ne rapporte en 2020 que 0,5% (0,75% en janvier). Et selon des données encore préliminaires, les fonds en euros de l’assurance vie ne rapporteront guère plus que 1,5%. L’immobilier devrait rester autour de l’équilibre.

Les nouveaux équilibres du marché de l’or

Les crises sanitaires, économiques et budgétaires ont bouleversé les équilibres du marché de l’or en 2020. Les banques centrales, après des achats d’or record en 2019, ont réduit leur effort de diversification. En 2020, la Turquie aura été la banque centrale la plus active avec des achats de l’ordre de 135 tonnes à fin novembre. La Russie, qui était engagé dans des achats réguliers depuis 2007, a stoppé cette politique en mars en raison de la perte de revenus liée à la baisse du cours du pétrole (dont le cours est même devenu négatif en avril). La crise sanitaire a également affecté la demande bijoutière qui sur les 9 premiers mois de 2020 s’inscrit 40% en deçà des niveaux de la même période de 2019. Un chiffre qui s’explique par les confinements et la baisse de la demande plus marquée en Chine et en Inde, qui représentent traditionnellement 60% de la demande d’or bijoutier. Mais cette baisse spectaculaire de la demande a été plus compensée par une demande financière qui a presque triplé. En particulier, les ETF qui investissent en or physique ont vu un accroissement rapide de leurs avoirs en raison de la ruée vers l’or valeur refuge. Sur les 9 premiers mois de 2020, leurs achats ont dépassé les 1000 tonnes, soit environ 30% du marché total, selon les chiffres du World Gold Council. Signe d’une nouvelle ruée vers l’or, la demande de pièce et lingots a été soutenue et le confinement a créé des ruptures d’approvisionnement. La cotation du Napoléon a même été suspendue en France, et des mouvements internationaux d’or sans précédents ont eu lieu. Après une année exceptionnelle par bien des aspects, les experts s’attendent pour 2021 à une normalisation, qui devrait voire la demande bijoutière reprendre des couleurs et la demande financière s’atténuer.

2021 : les prévisions des spécialistes

L’agence Bloomberg a récemment rassemblé les prévisions 2021 d’un large éventail d’institutions financières. Pour l’or, le consensus est positif et les prévisions des spécialistes se classent dans 3 catégories. Il y a d’abord les très optimistes, qui pensent que le cours va de nouveaux atteindre des plus hauts historiques. Citons les banques américaines Goldman Sachs (objectif à 2300 dollars) et Bank of America (2100 dollars), et le cabinet indépendant Metals Focus (2100). Il y a aussi les optimistes prudents, qui pensent que le métal jaune va progresser en 2021 en raison d’un contexte favorable. C’est le camp le plus nombreux, on y retrouve les banques Citigroup, Société Générale (objectif 2050), ING, Pictet (2000 dollars), DWS, le gestionnaire Robecco, et l’analyste indépendant BCA Research. Enfin, il n’y a que quelques sceptiques qui pensent que le cours pourrait corriger : la banque Morgan Stanley prévoit un cours moyen à 1835 dollars, soit seulement 3% en dessous des cours de fin 2020. De son coté, la banque privée suisse Lombard Odier pense que les cours sont susceptibles de baisser dans son scénario économique principal, tout en pointant que le métal jaune reste une bonne protection en cas de surprises.

Les thèmes qui marqueront (probablement) 2021

Au-delà des prévisions à la hausse ou à la baisse, il est probable que plusieurs thèmes viennent également alimenter la réflexion et les analyses sur l’or en 2021. Par bien des aspects, l’année sera celle de tous les dangers. Sans mentionner le risque épidémique, par nature imprévisible, l’interrogation économique centrale de 2021 sera probablement celle du retour de l’inflation. Avec des taux nominaux qui resteront bas sous l’effet de l’action des banques centrales, une inflation plus élevée implique une baisse des taux d’intérêt réels, qui est presque toujours associée à une hausse de l’or. 2021 pourrait être l’année des comptes. Pour les entreprises d’abord, dont les défaillances devraient augmenter significativement, notamment pour les entreprises « zombies » qui sont maintenue en vie grâce à des perfusions d’aides publiques. Avec des mesures de soutien sans précédent et les « quoi qu’il en coute », la question de la soutenabilité des déficits et des dettes publiques pourrait aussi alimenter les débats, plus particulièrement dans les pays les plus fragiles. Sur le plan géopolitique, les dossiers ne manquent pas et les thèmes de fonds ne disparaitront pas. La course globale aux armements devrait se prolonger et la confrontation séculaire US-Chine se poursuivra, peut-être de manière moins frontale. Nous pensons enfin que le risque cyber atteint désormais des proportions inquiétantes et qu’il n’est pas assez pris en compte par les marchés.

Retour
Laurent Schwartz
Diplômé de l’EDHEC Business School en 2005, Laurent SCHWARTZ intègre le cabinet d’audit ERNST & YOUNG en 2005 où il travaille pendant 4 ans. Parallèlement, il travaille au sein de l’entreprise familiale créée en 1976 à Strasbourg. Fort de cette expérience et du savoir-faire développé durant ces 40 dernières années, Laurent procède à la refonte du site Internet Gold.fr dédié à l’achat d'or et la vente d’or (pièces, lingots, ...) qui connaîtra un franc succès dès son démarrage en 2008. Il décide alors de développer un réseau de concessions exclusives: Le Comptoir National de l’Or. Il assure désormais le pilotage stratégique du 1er réseau de France qui compte aujourd’hui pas loin de 60 agences réparties dans toute la France et depuis peu en Allemagne (Breisach). Le Comptoir National de l’Or se positionne aujourd’hui comme le leader incontournable sur le marché de l’Or et des métaux précieux en France.
Sur le même thème

Le Comptoir National de l’Or dans la presse

TF1 M6 Le Parisien France 5 Le Monde RTL Les Echos
Venez découvrir notre application mobile
image/svg+xml
Nous contacterContactNous appelerAppelPrendre rendez-vousRDVTrouver un comptoirComptoir