Cours de l’or : malgré la baisse de novembre, 2019 reste très positif

Ce qu’il faut retenir du mois :

• Baisse des cours de l’or de 2.15% en euros
• Performance 2019 : +18.9% en euros
• Le rebond des actions pèse sur le métal jaune
• Guerre commerciale : apaisement ou enlisement ?
• Corée du Nord : impasse diplomatique et tir de missiles
• Un investisseur privé mise sur l’or à 4000 dollars
• La production d’or atteindra un pic en 2023

 

Baisse des cours en novembre, 2019 reste très positif

Le 29 novembre, au fixing londonien de l’après-midi, le cours de l’once d’or a atteint 1460.15 dollars, soit 1327.42 euros. La correction est de 3.36% en dollar, mais en raison d’une hausse du billet vert, elle n’est que de -2.15% en euros. La performance depuis le début de l’année reste excellente à +18.9% en euros.

Ce repli s’est concentré sur la première quinzaine, puis le cours s’est stabilisé, avant un léger rebond en fin de mois.

Pour aller plus loin : Comment est fixé le cours de l’or ?

 

Le rebond des actions pèse sur le métal jaune

Le mois de Novembre a été marqué par une bonne performance des marchés actions, qui ont été portés par de bons résultats économiques et surtout les espoirs d’accord commercial, même partiel, entre la Chine et les Etats-Unis. Dans ce contexte, le Cac 40 a progressé de 2.9%.

Les marchés, celui des actions tout comme celui de l’or sont actuellement très sensibles aux nouvelles géopolitiques. Ainsi, une mauvaise nouvelle fait grimper l’or (valeur refuge) et baisser les actions. Et vice-versa. Les investisseurs professionnels appellent cela un environnement « risk on, risk off ».

Ceci illustre une fois de plus le comportement anticyclique de l’or vis-à-vis des marchés actions, un comportement qui a marqué la dernière année et qui plaide pour l’or comme outil de diversification des portefeuilles. Pour mémoire, dans notre dernière lettre mensuelle nous avions illustré par l’exemple le pouvoir diversifiant du métal jaune.

 

Guerre commerciale : apaisement ou enlisement ?

Difficile de suivre le dossier tant les deux protagonistes soufflent le chaud et le froid. Début novembre, des signes encourageants étaient donnés par les deux camps, qui évoquaient le possible report de hausses de droits de douanes prévues le 15 décembre. Un protocole aurait même été discuté permettant une levée des mesures tarifaires par phases…

Mais le dossier s’est compliqué depuis, notamment en raison du vote par le congrès d’une loi de soutien aux manifestants de Hong Kong, promulguée par le président Trump. Celle-ci prévoit un examen annuel des conditions d’autonomie du territoire, un examen qui décidera du maintien ou du non du statut spécial de Hong Kong dans la législation américaine. Ce statut qui lui assure notamment un traitement commercial favorable.

Pékin, sans surprise, dénonce une ingérence dans ses affaires, a convoqué l’ambassadeur américain, et menace de représailles. Une affaire à suivre et qui continuera a influencer fortement les cours du métal jaune dans les mois, et probablement les années à venir.

 

Corée du Nord : impasse diplomatique et tir de missiles

Le dossier Nord-Coréen est revenu sur le devant de la scène fin novembre : Pyongyang a réalisé deux tirs d’essai de deux missiles balistiques. Un message clair adressé aux Etats-Unis, le jour de Thanksgiving.

Les négociations, sous toutes leurs formes sont en effet dans l’impasse depuis plusieurs mois, personne ne voulant faire de premiers pas, que ce soit sur les sanctions pour Washington, ou sur la dénucléarisation pour Kim Jung Un. Le leader Coréen est d’ailleurs cohérent avec lui-même : en avril dernier il avait lancé un ultimatum à Trump, laissant jusqu’à la fin de l’année pour avancer dans les discussions et la levée des sanctions.

Il y a fort à parier qu’en l’absence de progrès, la Corée du Nord relance ses programmes militaires et nucléaires. Bref, le dossier Nord-Coréen va probablement s’épaissir en 2020 !

Pour aller plus loin : Brexit, Trump et Corée du Nord : l’or et le risque Géopolitique en 3 exemples

 

Un investisseur privé mise sur l’or à 4000 dollars

L’agence américaine Bloomberg a rapporté que le 27 novembre, un investisseur privé a acquis 5000 options d’achat sur l’or, échéance Juin 2021, avec un prix d’exercice de 4000 dollars l’once ! En clair un pari que le métal jaune montera fortement au cours des 18 prochains mois. L’identité de l’acheteur est inconnue, mais il s’agit probablement d’un privé ou d’un fonds spéculatif.

Une transaction surprenante par sa taille d’abord, puisque chaque contrat correspond à 100 ??? onces, soit une option d’achat totale sur plus de 15 tonnes d’or. En prenant un prix d’exercice de 4000 dollars, il s’agit un pari de plus de 2 milliards de dollars de valeur notionnelle. Mais le mystérieux investisseur n’a payé que 3.5 dollars par option, soit 1.75 millions de dollars au total. Si le cours monte à 5000 dollars l’once d’ici à fin juin 2021, il empochera 500 millions de dollars grâce à l’effet de levier…

La piste la plus probable selon les spécialistes est qu’il s’agit d’une transaction de couverture de portefeuille qui vise à se protéger contre des événements extrêmes (politique ou économiques) qui pourraient survenir dans les 18 prochains mois. Bref une option sur l’or valeur refuge !

Pour aller plus loin : pourquoi dit-on que l’or est une valeur refuge ?

 

La production d’or atteindra un pic en 2023

Dans le dernier numéro de la revue « Alchemist », publié par la bourse londonienne de métaux précieux LBMA, un article a retenu notre attention. Ecrit par un analyste de GFMS, spécialiste du secteur minier, cet article passe en revue la production d’or dans le monde et se livre à quelques prévisions.

La production mondiale d’or devrait augmenter de 2% en 2019, et probablement continuer à croître pendant les 5 prochaines années. Mais à partir de 2023, la production devrait chuter de 3% par an en moyenne. « Les projets en phase de pré-étude et d’étude de faisabilité qui devrait être mis en service dans les prochaines années ont peu de chance de contrebalancer l’épuisement des exploitations actuelles », pointe Federico Gay, l’auteur de la note. De quoi relancer la question du Peak Gold…

Pour aller plus loin :
Peak Gold : allons-nous bientôt manquer d’or ?
Le monde manquera-t-il d’or avant de manquer de pétrole ?

Retour
Laurent Schwartz
Diplômé de l’EDHEC Business School en 2005, Laurent SCHWARTZ intègre le cabinet d’audit ERNST & YOUNG en 2005 où il travaille pendant 4 ans. Parallèlement, il travaille au sein de l’entreprise familiale créée en 1976 à Strasbourg. Fort de cette expérience et du savoir-faire développé durant ces 40 dernières années, Laurent procède à la refonte du site Internet Gold.fr dédié à l’achat et la vente d’or qui connaîtra un franc succès dès son démarrage en 2008. Il décide alors de développer un réseau de concessions exclusives: Le Comptoir National de l’Or. Il assure désormais le pilotage stratégique du 1er réseau de France qui compte aujourd’hui pas loin de 60 agences réparties dans toute la France et depuis peu en Allemagne. Le Comptoir National de l’Or se positionne aujourd’hui comme le leader incontournable sur le marché de l’Or et des métaux précieux en France.

Le Comptoir National de l’Or dans la presse

TF1 M6 Le Parisien France 5 Le Monde RTL Les Echos
iPhone
Venez découvrir notre application mobile
image/svg+xml