Cours de l'or Octobre vert

Cours de l’or : octobre vert

Dans cette lettre mensuelle, vous trouverez un point sur la performance de l’or ainsi que plusieurs actualités et analyses sur des sujets qui influencent directement ou indirectement le cours du métal jaune.

Ce qu’il faut retenir du mois d’octobre

  • Cours de l’or en euros : -+1.27% en octobre, -0.72% sur 2021
  • L’inflation s’emballe
  • Banques centrales : achats à l’Est
  • Course aux armements : les missiles hypersoniques

Octobre vert : +1.27%

Le 29 octobre, au second fixing de Londres, le cours de l’once d’or atteignait 1769.15 dollars, s’inscrivant ainsi en progressions de 1.51% sur le mois d’octobre. A la même date, l’once cotait également 1524.12 euros, soit une progression de 1.27% pour le métal jaune exprimé dans la monnaie unique.

Ce bon mois d’octobre permet à la performance en 2021 de l’or de se rapprocher de l’équilibre, pour atteindre -0.72% en euros. L’écart avec la performance en dollar (-6.28% en 2021) se maintient en raison d’une appréciation du billet vert depuis le début de l’année qui continue à favoriser l’investisseur Européen en métal jaune.

Au cours du mois, la performance de l’or et des actions s’est révélée positive, avec un avantage pour les actions grâce à une divergence en fin de mois. En effet, si la performance du métal jaune a flirté avec les 3% un jour avant la fin du mois, la dernière séance a connu une correction de près de 2%. Paradoxalement cette baisse est intervenue sur fonds de chiffres d’inflation élevés aux Etats-Unis, poussant les taux d’intérêts à la hausse.

Comment est fixé le cours de l’or ?

L’inflation s’emballe

Les chiffres sont tombés le 29 octobre. L’inflation atteint 4.1% en octobre dans la zone euro, égalant ainsi le record atteint en 2008. Selon l’indice harmonisé européen (HICP), la hausse des prix annuelle atteint 3.2% en France, 4.6% en Allemagne, 5.1% en Irlande et 5.5% en Espagne. L’impact énergétique est fort puisque l’inflation des couts de l’énergie atteint 23.5% sur un an dans la zone euro, un record historique.

Aux Etats-Unis, l’inflation semble se transmettre au marché du travail, marqué par des pénuries chroniques de main d’œuvre. Selon le rapport du ministère du travail, les salaires sont en hausse de 4.6% sur un an, avec un saut de 2.7% sur le seul mois de septembre.

Pendant ce temps, les responsables des autorités monétaires continuent à considérer le phénomène comme « temporaire ». Mais le discours se nuance peu à peu. Dans une interview à CNBC en début de mois, Janet Yellen, la secrétaire au trésor a déclaré à propos des pressions inflationnistes : « je pense qu’elles sont transitoires, mais cela ne signifie pas qu’elles vont disparaitre dans les prochains mois ».

Traduction : il faut se préparer à du transitoire qui dure

Banques centrales : pour les achats d’or, regardez vers l’Est

Avec 393 tonnes en 2021, les banques centrales ont déjà acheté plus d’or qu’en 2020 selon le World Gold Council. Pour retrouver les principaux acteurs des derniers mois, regardons vers l’Est.

D’abord vers le Caucase, où deux pays se distinguent : Le Kazakstan (397 tonnes d’or de réserves, +9 tonnes en 2021) et l’Ouzbekistan (384 tonnes de réserves, +51 tonnes en 2021). Les banques centrales de ces pays détiennent respectivement les 15ème et 16ème réserves mondiales. Dans un article récent, le gouverneur adjoint de la banque centrale d’Ouzbekistan a détaillé la stratégie du pays et vanté les mérites de l’or. Pour Bobir Abubakirov, le métal jaune est une « source de stabilité économique » et permet de « préserver la richesse pour les générations futures ». Et il « protège le bien-être économique du pays en cas de catastrophe nationales ou de chocs extérieurs »

Toujours à l’est, nous pouvons noter la reprise modeste des achats de la Pologne (+2 tonnes en septembre) après un achat massif de plus de 100 tonnes en 2019. Même constat avec la Russie (+3 tonnes en septembre), qui avait stoppé ses achats en 2020 en raison de la pandémie et de l’effondrement des cours du pétrole.

Enfin, un acteur plus modeste, la Serbie, a annoncé qu’elle allait porter ses réserves totales de métal jaune à 50 tonnes. Parmi les raisons citées par le président Vucic, la nécessité de se préparer à une crise énergétique en Europe.

Course aux armements : les missiles hypersoniques

La pandémie et les questions économiques ont pris le devant de la scène médiatique, et dans une certaine mesure, ont fait passer les dossiers géopolitiques au second plan. Mais la température continue à monter sur des dossiers déjà chauds, à l’image de la confrontation Chine-US.

Une interview récente par le général Mark Milley, le chef d’Etat Major interarmées (le plus haut gradé militaire américain), fait froid dans le dos. Il a de facto confirmé une information du Financial Times selon laquelle la Chine a fait un essai de missile hypersonique à capacité nucléaire qui avait fait le tour de la terre en orbite basse en aout avant de descendre sur sa cible. « Ce à quoi nous avons assisté c’est (…) un test très significatif d’un armement hypersonique ».

Pour le New-York Times, il s’agit de la première reconnaissance officielle que les Chinois ont pris les Etats-Unis par surprise sur les questions d’armement. Comme le fut en son temps, le lancement réussi du satellite Sputnik.  Selon le patron de Raytheon Technologies, un conglomérat de l’armement et fournisseur de missiles pour l’armée américaine, les Etats-Unis ont « au moins plusieurs années de retard » sur la Chine en termes de technologie hypersonique.

L’enjeu est de taille : en plus de leur vitesse permettant de frapper en moins de deux heure l’adversaire, leur maniabilité leur permet de rendre les systèmes de défense anti-missiles inopérants. Une révolution technologique qui bouleverse les équilibres de dissuasion en place.

 

Avertissement :

Le cours de l’or peut varier significativement à la hausse ou à la baisse. Les informations contenues dans ce document ne constituent pas une recommandation d’investissement et le lecteur est invité à prendre conseil auprès de professionnels pour la gestion de son épargne.

Retour
Diplômé de l’EDHEC Business School en 2005, Laurent SCHWARTZ intègre le cabinet d’audit ERNST & YOUNG en 2005 où il travaille pendant 4 ans. Parallèlement, il travaille au sein de l’entreprise familiale créée en 1976 à Strasbourg. Fort de cette expérience et du savoir-faire développé durant ces 40 dernières années, Laurent procède à la refonte du site Internet Gold.fr dédié à l’achat d'or et la vente d’or (pièces, lingots, ...) qui connaîtra un franc succès dès son démarrage en 2008. Il décide alors de développer un réseau de concessions exclusives: Le Comptoir National de l’Or. Il assure désormais le pilotage stratégique du 1er réseau de France qui compte aujourd’hui pas loin de 60 agences réparties dans toute la France et depuis peu en Allemagne (Breisach). Le Comptoir National de l’Or se positionne aujourd’hui comme le leader incontournable sur le marché de l’Or et des métaux précieux en France.
Sur le même thème

Trouvez votre comptoir le plus proche

Le Comptoir National de l’Or dans la presse

TF1 M6 Le Parisien France 5 Le Monde RTL Les Echos
Venez découvrir notre application mobile
image/svg+xml
Nous contacterContactNous appelerAppelPrendre rendez-vousRDVTrouver un comptoirComptoir