Questions sur l’or après le lundi noir des marchés (Partie 1)

Ce lundi 9 mars 2020 fut un lundi noir sur les marchés. Le CAC 40 s’est effondré de 8.4%, sa plus forte baisse quotidienne depuis la crise de 2008. La bourse américaine a suspendu ses cotations 15 minutes pour permettre aux opérateurs de reprendre leurs esprits avant de terminer en baisse de 7.6%. Et le baril de pétrole a perdu plus de 24% en séance.

Au-delà des analyses techniques et macro-économiques complexes, nous pensons que ces circonstances amènent 6 questions simples à propos du métal jaune.

Voici les trois premières questions pour lesquelles nous allons vous apporter quelques réponses.

L’or s’est-il comporté en valeur refuge ?

Oui le cours de l’or a bien résisté ce lundi puisqu’il cotait dans la soirée à New York environ 1680 dollars, soit une légère progression de 0.4% par rapport à la veille. Le cours a oscillé toute la journée autour de sa valeur d’équilibre, avec une amplitude de l’ordre de 2% environ, notamment à la hausse lorsqu’il a franchi en matinée les 1700 dollars, un record depuis 2013. En euros, l’or s’est replié d’environ 1.5% sur la journée en raison d’une baisse équivalente du dollar contre la monnaie unique.

Depuis le début de l’année, l’or s’apprécie d’environ 8.5% en euros, et il est l’un des rares actifs à être dans le vert. A titre de comparaison, le CAC 40 affiche lui un recul de plus de 21% en 2020.

 

Dans le passé, comment a réagi l’or au cours de journées noires comme hier ?

Depuis le lancement de la monnaie unique, le CAC 40 a connu 24 journées de baisse de plus de 5%, la première le 11 septembre 2001 suite aux attentats de New York, et la dernière le 24 juin 2016, au lendemain du referendum sur le Brexit.

Sur ces 24 journées, l’or s’est en moyenne apprécié de 0.8%, avec 13 séances de hausse (d’en moyenne 3%) et 11 séances de baisse (d’en moyenne -1.8%). La réaction de l’or hier, en légère progression, est donc parfaitement normale.

 

Les autres actifs refuges ont-ils fait mieux que l’or ?

Les obligations d’états jugés sûrs, ainsi que quelques devises refuge (yen et franc suisse) se sont bien comportées en ce lundi noir. L’obligation allemande à 10 ans, considérée comme la plus sûre d’Europe, s’est apprécié d’environ 1% sur la journée, portant sa performance à un peu moins de 5% en 2020. C’est donc légèrement moins bien que le métal jaune.

Le bitcoin, que certains considèrent comme un actif refuge, n’a pas répondu à cette attente hier. La crypto-monnaie a perdu plus de 14% par rapport à son cours de vendredi. Même si elle reste positive depuis le début de l’année, son cours est très corrélé à celui des actions. Dans la crise actuelle, le bitcoin est donc un mauvais diversifiant de portefeuille.

 

Par la suite nous aborderons trois nouvelles questions au sujet de l’or suite à ce lundi noir des marchés.

Retour
Laurent Schwartz
Diplômé de l’EDHEC Business School en 2005, Laurent SCHWARTZ intègre le cabinet d’audit ERNST & YOUNG en 2005 où il travaille pendant 4 ans. Parallèlement, il travaille au sein de l’entreprise familiale créée en 1976 à Strasbourg. Fort de cette expérience et du savoir-faire développé durant ces 40 dernières années, Laurent procède à la refonte du site Internet Gold.fr dédié à l’achat et la vente d’or qui connaîtra un franc succès dès son démarrage en 2008. Il décide alors de développer un réseau de concessions exclusives: Le Comptoir National de l’Or. Il assure désormais le pilotage stratégique du 1er réseau de France qui compte aujourd’hui pas loin de 60 agences réparties dans toute la France et depuis peu en Allemagne. Le Comptoir National de l’Or se positionne aujourd’hui comme le leader incontournable sur le marché de l’Or et des métaux précieux en France.

Le Comptoir National de l’Or dans la presse

TF1 M6 Le Parisien France 5 Le Monde RTL Les Echos
Venez découvrir notre application mobile
image/svg+xml